Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Recherche sur Over-Blog

                          

 

23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 00:00

Aujourd'hui, c'est roman policier !
Vous n'êtes pas sans savoir que Le Monde a élargi ses archives en ligne jusqu'en 1944 !! Vous imaginez la source d'infos ! Evidemment, je me suis précipité farfouiller là-dedans pour y dénicher mille et un trésors qui me feront des sujets pour la fin de l'année et pour 2014 !...
Alors, on commence par un dénommé Henri Dilasser, illustre inconnu qui est né à Athis-Mons en 1908 et que vous ne trouverez pas dans Wikipédia et pour cause c'est un escroc...

 

 

 

Vous pensez bien que l'inspecteur Dandylan s'est aussitôt mis en chasse pour enquêter et interroger Mr Google :


La Feuille d'Avis de Neufchâtel. 08/01/1951

 

L'escroc et son complice seront arrêtés en 1951 :

Source : Point de Vue Images. 03/05/1951

 

L'homme de paille des créanciers, l'escroc des poumons d'acier , le jongleur de millions (sic de sic) est jugé en 1953 :
21 juillet 1953 : p. 1 « Fantaisies de la procédure à la 11ème chambre correctionnelle. "Je suis l’homme de paille des créanciers" s’écrie Henri Dilasser l’escroc des poumons d’acier qui sera jugé contradictoirement pour la première affaire et par défaut pour toutes les autres . »Suite p. 7 (reproduction illisible) : « Devant la chambre correctionnelle. Henri Dilasser, le jongleur des millions répond de ses escroqueries. »
22 juillet 1953 : p. 8 : « Au procès Dilasser. Mauvaise journée pour les "victimes" qui se faisaient verser, selon l’expert de 30 à 100% d’intérêt ! .»
Les archives du Parisien Libéré 

 

On trouve l'histoire de Dilasser dans un spécial Historia du 01/01/1978. Attention aux petits enquêteurs en herbe : Henri Dilasser a de nombreux homonymes (un peintre suisse notamment et un ancien combattant de la guerre 14).

 

Le plus étrange de l'affaire, c'est qu'en 1836 (Source La Presse du 27/11/1836), il y avait déjà eu un malfrat, un "malandrin", nommé Henri Dilasser dit Riri de "la bande à Bamboula" (sic) !

 

Haut Les Mains !
Une souricière fut alors organisée. La maison où se réunissaient les bandits une fois cernée, des inspecteurs s'y précipitèrent revolver au poing en criant : « Haut les mains ! ».
Se voyant pris et en état d'infériorité, les bandits se rendirent et bientôt on amenait au commissariat de M. Fauvel : Henri Dilasser, dit Riri ; Paul Dufraine, dit Paulo ; Louis Duville, dit Petit Louis ; Gabriel Barré, dit Gaby, et Georges main
got, dit Jojo.
Ces malandrins, qui sont , âgés de 16 à 18 ans, ne tardèrent pas à entrer dans la voie des aveux et dénoncèrent leurs complices.

Nouvelles Arrestations
Au cours de la nuit, quatre nouvelles arrestations étaient opérées, celles de Roger Kieffer. dit Sidoche ; Armand-Louis foudrier Charles valer et André Lohr De plus, trois bijoutiers convaincus d'avoir « travaillé avec la bande, seront poursuivis pour complicité et recel Seul, le chef de la bande, Bamboula, a pu échapper aux recherches.
Sa véritable identité n'est pas encore établie, mais il ne saurait tarder à tomber dans le filet dont les mailles se resserrent chaque jour contre lui.
Source : La Presse du 27/11/1836

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel - dans Ancien temps
commenter cet article

commentaires

Eve G. 24/09/2013 21:12


En fait Loulou y était, le ptit Louis donc ne manquait que Fifi !

Eve.G 24/09/2013 21:08


Haut les mains ! Pour un bravo à cette originale enquête fouillée sur Riri Dilasser (notre Madoff athégien) qui loin de me lasser m'a plutôt passionnée. La bande à Bamboula : Paulo, ptit Louis,
Gaby, Riri, Jojo (l'affreux) lequel est Bamboula ? Il manquait Fifi et Loulou non ?

Lionel 24/09/2013 13:46


Bonjour, bravo pour votre découverte et enquête autour de ce personnage pas très fréquentable. En relisant l'article paru de "La bande à bamboula" dans le journal La Presse N°3583 du 27/11/1924
(et non 1836 qui correspond à la première sortie de ce quotidien le 1er juillet exactement) fait que le fameux Riri arrêté avec ses complices dans un bouge près de la porte d'Italie en octobre
1924 à l'âge de 16 ans, pourrait bien être notre Henri Dilasser qui n' aura vécu que de rapines et d'escroqueries.


Etait-il le fils du restaurateur Dilasser quai de l'industrie à Athis-Mons ? Je n'ai rien trouvé dans les archives affirmant cette hypothèse. 


Bonne continuation et fin de journée ! Salut ! L.G.

BRUDIPAT 23/09/2013 12:52


Sorry, voici le bon lien : Dilasser

Geneviève 23/09/2013 09:11


Un vrai roman policier ! bravo pour vos enquêtes !