Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Recherche sur Over-Blog

                          

 

9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 00:00

Suite à l'article de Brudipat sur le lycée Jean Monnet et l'excellent commentaire de Lionel à ce sujet, j'ai cherché pour ma part le pourquoi de l'espéce de torii à l'entrée du lycée (ex CET). Jean Omer Marie Gabriel (sic) Monnet est plutôt connu pour le principal fondateur de l'Union Européenne et pas vraiment pour l'Asie et ses toriis.

Un torii « là où sont les oiseaux ») est un portail traditionnel japonais. Il est communément érigé à l’entrée d'un sanctuaire shintoïste, afin de séparer l’enceinte sacrée de l’environnement profane.
 Du fait de sa fonction de séparation symbolique du monde physique et du monde spirituel, chaque torii traversé lors de l'accès à un temple doit être retraversé dans l'autre sens afin de revenir dans le monde réel. Il n'est pas rare de voir des japonais contourner un torii lorsqu'ils pensent ne pas repasser plus tard par cet endroit.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Torii

 

Mais malgré le nom de l'architecte Luc Martel, je n'ai rien trouvé. Tant pis !

Une grosse villa dite maison mexicaine apparaît dès les premiers lotissements du parc du château vers 1890 sans que l'on connaisse son premier propriétaire ni son architecte. Cette grosse demeure dont le parc enjambe l'Orge et se prolonge par une parcelle donnant avenue du Général-de-Gaulle, est rachetée par la commune vers 1960-1970 qui y loge les bureaux du nouveau Centre d'études techniques féminines dont les classes sont logées dans des baraquements préfabriqués implantés du côté de l'avenue du Général-de-Gaulle. Alors que les lois de décentralisation de 1981-1982 accordent des compétences aux régions pour la gestion des lycées, il faut attendre 1990 pour qu'un lycée professionnel soit créé, et que commande soit passée à l'architecte Luc Martel pour réaliser l'actuel lycée Jean-Monnet, tandis que la région Ile de France décidait de rénover la demeure initiale.  

 

Article écrit avant le fait-divers du lundi : Le Parisien.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

BRUDIPAT 09/01/2013 18:54


Triste fait divers !