Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Recherche sur Over-Blog

                          

 

24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 00:00


Parc d'Avaucourt. 17/06/2008
 
 
19/06/2008

Repost 0
23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 00:00

SOUVENIRS d’ENFANCE……

 C’était avant la guerre de 1939. La rentrée des classes avait lieu le 1er octobre et dès la fin Septembre, on était en effervescence ! Il fallait préparer son matériel, tout comme maintenant, mais avec une petite différence.
Tout n’était pas neuf. On gardait pendant plusieurs années la même trousse, le même cartable. Ceux-ci étaient en cuir et on les astiquait (à l’encaustique si je me souviens bien) pour qu’ils brillent et deviennent « comme neufs ». Bien sûr, pour la trousse, on avait droit à des crayons absolument neufs…crayons pour écrire et crayons de couleurs. . Les cahiers aussi étaient neufs, ainsi que les buvards indispensables outils de l’écolier qui écrivait avec porte-plume et encrier…Aïe , les taches !
Et surtout, on avait droit à un tablier neuf pour cette rentrée (celui de l’année précédente était remis dans le circuit très rapidement…une semaine l’un, une semaine l’autre !) Mais pour la rentrée, on était magnifique…c’est ce qu’on croyait. Tabliers obligatoires pour tout le monde, tabliers noirs ou blouses grises pour les garçons lorsqu’ils étaient un peu plus grands.
Le jour tant attendu (n’exagérons rien !) arrivait. Les filles étaient dans une école, les garçons dans une autre.
Moi j’allais à l’école de Juvisy, le Groupe Ferdinand Buisson je crois. Là, je retrouvais mes camarades d’Athis-Val (de l’avenue du Miroir, De l’Avenue Jean Jaurès, de la rue de Juvisy). Il n’y avait sans doute pas d’école près de chez elles sur Athis. Plus tard, après le certificat d’Etudes, le Cours Complémentaire était également à Juvisy et recevait des élèves des environs : ATHIS, ABLON, VIRY-CHATILLON etc.… L’Ecole de JUVISY était importante . Il y en avait deux côte à côte : une pour les filles, une pour les garçons. Et ceci jusqu’au Brevet Elémentaire pour tous ceux qui n’allaient pas travailler après le certificat d’études et désiraient continuer des études.
Nouvelles classes, nouveaux élèves, nouvelles institutrices ou instituteurs pour les garçons. Dans les classes élémentaires, on nous distribuait les cahiers, des crayons, une ardoise avec un crayon d’ardoise, un porte-plume etc.…On écrivait à l’encre violette…Que de souvenirs ! Je « sens » encore l’odeur de tout ce matériel neuf qui était fourni ! Bien sûr, on pouvait en acheter d’autre, mais ce n’était pas une obligation. Bien des parents ne pouvaient pas se le permettre.
Et la distribution des livres commençait…certains étaient en excellent état, d’autres moins ! Il nous fallait les rapporter tous à la maison pour les couvrir . Occupation majeure et tellement importante ! Ensuite, nous collions dessus une étiquette avec notre nom, le nom du livre et le nom de la classe. Tout ceci était très souvent fait par les parents. Il fallait que ça soit bien fait ! Lorsque nous grandissions, nous faisions ce travail nous-même.
Il ne restait plus qu’à bien travailler…Plus tard, j’ai changé d’école, mais toutes les rentrées se ressemblaient. Il y avait toujours ce petit pincement au cœur puisqu’il y allait avoir « du nouveau ». Comment seraient nos professeurs ? Sympas, pas sympas, intéressants, pas très intéressants ? On se posait des questions, mais ils étaient respectés et très souvent aimés des élèves. Ils détenaient le savoir et essayaient de nous le transmettre avec dévouement. J’ai le souvenir d’institutrices à qui je dois tant ! Et le souvenir d’une femme professeur de français tellement intéressante ! Même aux moins douées, elle faisait aimer la littérature… Merci Madame DAGUE. Moi, je ne vous ai jamais oubliée et je me souviens d’une phrase qui nous faisait rentrer sous terre « ça, c’est de la littérature à cinq sous le mètre, du genre - quand il s’éveilla il était mort - » Alors, là, c’était sans appel ! Je ne pense pas qu’un professeur dirait ça maintenant…il se retrouverait à l’hôpital. La profession est devenue hyper-risquée !

Souvenirs…souvenirs…  Geneviève 29 Août 2007

Ce texte est sous référencement IDDN.
Toute utilisation de celui-ci doit avoir été précédée d'une demande à l'auteur 
Vous trouverez tous les souvenirs de Geneviève
en consultant la Catégorie "Ancien temps"

Pour les inconditionnels de Geneviève, retrouvez ses aventures sur son blog Magitte !

Repost 0
Publié par Daniel - dans Ancien temps
commenter cet article
22 juin 2008 7 22 /06 /juin /2008 00:00

Du coté de la rue Caron. 18/05/2008
Repost 0
Publié par Daniel - dans Insolite
commenter cet article
21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 00:00

Repost 0
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 00:00
Repost 0
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 00:00

Après les cuves de la cimenterie (avenue du Bourbonnais), ce sont celles de la zone Seveso qui ont été repeintes. C'est plus joli mais c'est tout aussi dangereux...

 
Avenue Henri Dunant. 10/06/2008

Repost 0
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 00:00


La cimenterie vue du port. 04/05/2008

Repost 0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 00:00


Du coté de la rue Dagobert. 10/06/2008

Repost 0
Publié par Daniel - dans Insolite
commenter cet article
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 00:00

SOUVENIRS……..d’un temps révolu !

 Petites histoires courtes - et perles….

 Au début de l’occupation et des restrictions, vu chez mon coiffeur cette affichette qui faisait part de la grande détresse de tous les corps de métiers:
« Etant donné la pénurie du manque de savon, les clientes sont priées d’apporter leur serviette ».
Si à la pénurie, s’ajoutait le manque…Coluche, bien avant sa mort (et sa naissance) aurait adoré !

En 1944/1945 - lettre anonyme envoyée au Commissariat d’ATHIS
« Il y a dans ma rue, une femme aux yeux flamboyants qui fait du marché noir à des prix dérisoires…. »
Affaire sans suite ! Le marché noir à des prix dérisoires…il y aurait eu la queue !

Même époque - un homme se présente au commissariat d’ATHIS
« Lui : je viens pour faire établir une carte d’identité pour ma femme.
« Le préposé - il faut que votre femme vienne elle-même
« Lui : Pourquoi ? Elle n’a pas le temps…
« Le préposé - il faut que nous prenions ses empreintes…
« Lui - quelles empreintes ???
« Le préposé - celles de l’index !
« Lui - Si c’est que ça, je peux faire l’affaire, son index est de la grosseur de mon petit doigt !!

C’est bien connu, dans l’administration on ne rencontre pas de préposés compréhensifs !

Ce sont des histoires vraies ! Il fallait quand même bien rire un peu à cette époque !

Geneviève          Montpellier, 2 juin 2008

Ce texte est sous référencement IDDN.
Toute utilisation de celui-ci doit avoir été précédée d'une demande à l'auteur 
Vous trouverez tous les souvenirs de Geneviève
en consultant la Catégorie "Ancien temps"

Pour les inconditionnels de Geneviève, retrouvez ses aventures sur son blog Magitte !

Repost 0
Publié par Daniel - dans Ancien temps
commenter cet article
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 00:00


Avenue de l'Europe. 10/06/2008

Repost 0