Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Recherche sur Over-Blog

                          

 

26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 00:00

Devant le lycée Monnet, la RATP a installé récemment un abribus sans nom où les bus et les cars s'arrêtent ou pas selon leur humeur.

Avenue du Général de Gaulle. Juvisy. 21/12/2014

Repost 0
Publié par Daniel - dans Transports
commenter cet article
25 décembre 2014 4 25 /12 /décembre /2014 00:00

Des taggueurs en barque ? A suivre !

Repost 0
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 00:00


Photo sortie telle quelle du LUMIX (en mode coucher de soleil).

Repost 0
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 00:00

Un 1er avril, Kl avait imaginé réintroduire les ours dans les Coteaux et j'avais embrayé par un article qui avait beaucoup fait rire mais la réalité dépasse parfois la fiction et un article récent du Parisien raconte la présence de deux sangliers en gare de Juvisy. Nous sommes en décembre, ce n'est donc pas pas un poisson d'avril. Ça fait flipper... (sourire)

Repost 0
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 00:00

En voyant cette CPA, je me suis dit qu'il était trop fastoche de faire un avant/après.



Gare de Juvisy. 16/12/2014


J'ai cherché de la doc sur le Palais de la Chaussure sans rien trouver de très intéressant mais j'ai retrouvé la CPA dans le livre de Juvisy avec d'autres commerces de l'époque comme ce Sans Pareil situé 23 rue de Draveil :

 

Aussitôt je fonce sur Google Maps et catastrophe ! le commerce vient d'être démoli :


Heureusement, la machine à voyager dans le temps de Maps me ramène en 2008 pour voir ce que le Sans pareil était devenu !


Un accordeur de pianos existait rue Estienne d'Orves :
 
Ajout de Lionel :

Nous sommes accordeurs de piano de père en fils depuis plus de quatre générations. A l'origine de cette longévité, Léon Deleuze, aveugle, sort diplômé comme accordeur de l'institut des jeunes aveugles en 1886. Il travaille dans la maison Pleyel, célèbre constructeur de piano, jusqu'en 1901, date de la création de sa propre boutique en tant qu'accordeur mais aussi loueur de piano. Situé au 29 ans la Grande-Rue de Juvisy sur Orge, après la mort de Léon, sa veuve assure la suite du travail. Son fils, Paul Deleuze, suit à son tour un  apprentissage de 5 ans et reprend le magasin. Il installe la boutique au 30 avenue de l'hôtel de ville, aujourd'hui appelée n'°50 Avenue d'Estienne d'Orves. La boutique vit aux rythmes des pianos accordés jusqu'à la seconde guerre mondiale. Le 18 Avril 1944, la maison et le magasin sont en grande partie détruits. Il y a eu beaucoup de dégâts, avec plus de 18 pianos détruits, ainsi que tout le reste. Le magasin a vivoté, grâce à un baraquement installé dans le jardin et à finalement rouvert en 1951.
La suite sur http://www.accordeur-piano-essonne.fr/qui-sommes-nous.html


Je pense sans en être sûr que c'est cette maison :

(Ajout : le 30 rue de l'Hôtel de ville (partiellemnt détruit en 1944) ne correspond pas au 30 rue Estienne d'Orves mais au 50 !)

 

Le 50 rue Estienne d'Orves est occupé de nos jours par... Music Essonne ! Merci à Lionel pour toutes ses corrections !

Repost 0
Publié par Daniel - dans Avant - après
commenter cet article
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 00:00

Pour nous rappeler ce que c'est que le soleil... un reliquat des photos du 09 :











Port aux Cerises. 09/12/2014

Repost 0
Publié par Daniel - dans Nature
commenter cet article
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 00:00

C'est pas moi qui le dit, c'est M6.
 
Le Facebook des Psyko'Quads.

Les régles du Roller Derby, c'est ici (révisez avant d'y aller !)



Repost 0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 00:00

Avant-hier à Belle Ep' pour trouver des idées de cadeaux. Temps maussade gris humide.


Rencontré trois martiens !

Repost 0
Publié par Daniel - dans Insolite
commenter cet article
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 00:00

Du coté du bâtiment du triage démoli :

Rue Edouard Vaillant.

Repost 0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 00:00

Aujourd'hui, j'vas vous causer de la ville de Louans... J'crois bien que même les experts en vie locale comme Brudi ou DK ne savent pas où se trouve Louans. En tout cas, moi je l'ignorais jusqu'à c'que je farfouille comm'd'hab' sur Gallica. Et vas-y que j'te fais ma recherche : Athis, Juvisy etc. Mais je ne trouve pas grand-chose et je conclue au cas où par Morangis et là, stupeur et stupéfaction voire surprise et surimi, Louans s'appelle to-day et to-morrow Morangis !! Si, si, c'est marqué dans le livre.


 

V'là-t-y pas que j'me précipite par Mons et par Vaulx sur Orge sur l'histoire locale de Morangis :

 

Morangis avant la Révolution Française

Morangis, appelé autrefois Louans, apparaît pour la première fois dans un texte écrit en 1175. Auparavant, il est difficile de retracer l'histoire de ce village éloigné des grandes routes. Il est probable que l'habitat permanent soit apparu tardivement et qu'il n'y en avait pas à l'époque romaine. La superficie de Morangis avant la Révolution était semblable à la superficie actuelle (444 hectares environ contre 480 actuellement). Ce territoire était principalement occupé par des terres agricoles, par le château et par diverses confréries religieuses. Une centaine d'habitants se seraient alors regroupés autour de ce château et de l'église Saint-Michel construite au XIIIème siècle.

De cette église, ne subsiste que le clocher. Aux XVIème et XVIIème siècles, Morangis accueille certains bourgeois parisiens devenus nobles, après avoir exercé des charges publiques. La population commence alors à augmenter. Au milieu du XVIème siècle, l'église fut agrandie pour pouvoir recevoir ces nouveaux fidèles : les chapelles latérales et le chour furent reconstruits. Les habitants étaient en majorité des vignerons, des paysans et des manouvriers. Les plus riches étaient les fermiers des exploitations possédées par le seigneur, par les religieux du prieuré de Saint-Eloi de Longjumeau, par ceux du couvent de la Saussaye à Villejuif et par l'Hôtel Dieu de Paris.

 

Origine du nom de la commune

 

Jean-Jacques de Barillon, seigneur de Louans et Chancelier du Roi, après avoir obtenu en 1689 l'élévation de Louans en Comté, voulait accuser sa parenté avec son oncle, Paul de Barillon, ambassadeur à Londres et ami de Madame de Sévigné qui était l'homme en vue de la famille, alors que Jean-Jacques était plus effacé. En 1693 le Roi accède à sa demande et fait échanger et commuer le nom de Louans en Morangis, du nom du village de Champagne (près d'Epernay), dont Paul de Barillon était le seigneur. Morangis porte donc le nom d'un village champenois du fait de la «fantaisie» de son seigneur.

 

Loué soit Louans !

Repost 0
Publié par Daniel - dans Ancien temps
commenter cet article