Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Recherche sur Over-Blog

                          

 

12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 00:00


Avenue Marcel Sembat. 05/08/2013.

Repost 0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 00:00

SuperPlak, le défenseur masqué des plaques opprimées, dormait tranquillement dans son hamac aux Îles Seychelles quand soudain il eut un rêve. Un accent manquait sur une plaque athégienne. Il en eut la nausée.

Repost 0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 00:00

Plus besoin de bombes du 1944 pour raser le paysage en 2013, les promoteurs s'en chargent très bien aujourd'hui. C'est le show de la vie et les gens qui habiteront rue de l'Epinette ou Jules Simon d'Orléans seront sûrement contents d'avoir un appart en ces temps difficiles mais pour DK et moi, nous voyons le bâtiment de notre enfance disparaître et recouvert par une autre réalité.

Rue de l'Epinette 2008

 


Rue de l'Epinette 2013

 


Rue Jules Simon. 2008


Rue d'Orléans. 2013

Repost 0
Publié par Daniel - dans Avant - après
commenter cet article
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 00:00

 J'avais retrouvé ça dans mes archives (une illustration trouvée par KL) et me suis dit que c'était un bon sujet. Me voilà à prendre l'apéro chez Mr Google qui m'envoie sur Ebay puis Delcampe et me trouve toute une tonne de documents du buvard à l'illustration :

 

Trouvé sur Ebay comme "Chromo Café Malt KNEIPP JUVISY SUR ORGE attelage XV°".

 

Donc il y avait une usine Kneipp à Juvisy tenue par un dénommé Prosper Maurel qui avait effectivement l'air prospère. La Compagnie française de Malt-Kneipp avait été construite par
BET/ingénieur(s) Bétons armés Hennebique (BAH) en 1898/1899. Elle fabriquait du café et "succédané". Nous remarquons que le produit est "essentiellement français" !

 

 

 

 

 

Sur une Google Maps des Archives d'Athis et de Juvisy, KL situe l'usine au 17 quai de l'industrie à Athis-Mons !?
"Déménagement le 6 juillet 1955 au sis 33, quai de l'Industrie".

Sur un site d'archi, le bâtiment est situé au 19.
Adresse où le situe aussi Actuacity reprenant les infos de la base Mérimée :
 

Malterie de la Compagnie française du Malt Kneipp, actuellement Centre de recherches et de contrôles biologiques (CRCB)


Histoire : Société anonyme créée en 1926 pour développer l'activité de l'usine installée depuis 1893 au 19, quai de l'Industrie, la compagnie du Malt Kneipp est spécialisée dans la fabrication du malt torréfié à usage de succédanés du café, suivant le brevet Kneipp. En 1931, date de la vente du fonds de commerce à la société (jusque là locataire) par son pdg, propriétaire des immeubles depuis 1904, ceux-ci consistent en un grand bâtiment élevé sur cave d'un rez-de-chaussée et trois étages, une petite maison d'habitation de deux étages et une cour plantée d'arbres sur un terrain de 5759 m2. En 1939, la malterie fournit un tonnage de 1500 tonnes par an et emploie 99 personnes (75 en 1944). Elle est sinistrée à deux reprises pendant la seconde guerre mondiale. Le 14 juin 1940, un hangar qui abritait de nombreuses marchandises, situé sur un terrain contigu aux Pétroles Jupiter, est incendié lorsque les autorités militaires françaises donnent l'ordre à cette société de détruire par le feu la totalité de ses stocks de carburants pour empêcher leur saisie par l'armée allemande. En 1941, à la suite d'un arrêté du ministère du ravitaillement interdisant la vente des succédanés de café à l'état pur et conférant aux torréfacteurs de café le monopole exclusif d'un mélange café-succédané, l'usine ferme mais elle reprend en mai 1942 une activité entièrement consacrée aux besoins du Ravitaillement général ; elle fait procéder dès 1941 à la reconstruction du hangar indispensable au stockage des fournitures et de la production. Le 2 juin 1944, deux bombes tombent sur l'atelier de la malterie, élément essentiel de l'usine qui sert à la germination (ou maltage) de l'orge avant torréfaction, dans trois tambours métalliques, de type Galland, de 10 000 kgs chacun ; les autres bâtiments sont atteints mais facilement réparables, sauf le transformateur. Dès la fin de l'année 1944, avec sa propre trésorerie et des matériaux soustraits aux réquisitions allemandes, elle entreprend la construction d'un bâtiment de 4 étages sur rez-de-chaussée à l'emplacement de l'atelier détruit, mais interrompt les travaux en janvier 1947 dans l'attente de leur approbation par les autorités départementales. Après un avis favorable le 9 janvier 1948 de la sous-commission des dommages de guerre à l'inscription dans l'ordre de priorité de la société, le permis de construire est délivré pour régularisation. Le nouveau bâtiment de la malterie construit par Lucien Billard, architecte à Paris, comporte 5 niveaux au lieu d'un seul et peut contenir six tambours au lieu de trois, portant la capacité de production de 200 000 à 400 000 kgs par mois. Le laboratoire agro-alimentaire CRCB qui a succédé à la malterie Kneipp, a racheté les bâtiments contigus de l'ancienne maison Louis Sanders (17, quai de l'Industrie) et a fusionné les parcelles des deux entreprises. 

 

Évidemment, Brudipat en avait déjà signalé l'existence sans toutefois approfondir le sujet. Sa série sur les pièces de Molière est très intéressante. Et on trouve plein plein d'images sur Google. Je vous laisse le soin de faire le tri !

 

Mais cela entraine d'autres pistes de recherche : cela a-t-il un rapport avec l'étonnant Abbé Kneipp, adepte de l'hydrothérapie ?? En effet, le café de Malt Kneipp conserve la jeunesse et donne de bonnes digestions, un sommeil calme et une santé équilibrée !!! 

 

Dans Camille Costa de Beauregard: fondateur de l'Œuvre des Jeunes du Bocage à ... par Robert Fritsch trouvé sur Google Livres, on fait effectivement un lien entre l'abbé et le café de malt :

 

 

Et cela ne nous dit rien sur ce brave Prosper Maurel.
Bon ben, c'est pas tout ça ; en commençant ce billet, je ne pensais pas du tout entamer un tel feuilleton !! (rires). On va s'arrêter là pour aujourd'hui mais vous pouvez continuer les recherches !

 

Repost 0
Publié par Daniel - dans Ancien temps
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 00:00

Signés KL, deux ciels du 6 au matin vus de sa fenêtre avant l'averse. Absolument fabuleux !! Comme quoi, il y a des paysages magnifiques à Athis que les tours operators nous envient !

 

Repost 0
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 00:00

Repost 0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 00:00

Maître Brudi nous montrait le garage biskien, il y a quelques jours. Il faut croire que Bisk habite dans le coin car la rue Wurtz est très souvent tagué par lui ! Voilà une nouvelle signature. Bisk Bisk rage !

 

 

Repost 0
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 00:00
Zut ! (euphémisme) Une de mes collègues m'a montré l'avis de décès en juin dernier d'Auguste Taggiasco dans l'Athis-Infos . Celui que j'avais surnommé le douanier Rousseau d'Athis. Lui signait Tag ! Je lui avais pourtant promis de passer le voir avant. Histoire de récupérer une ou deux de ses oeuvres. De l'enregister en train de commenter d'une manière acerbe ses croquis qu'il dessinait en écoutant inlassablement les actualités à la radio. Qu'est devenue son oeuvre ???
Dire que je lui avais fait un site tout pourri en 2004 sur Multimania ! Lycos et Multimania ayant sombré, j'ai recopié le site sur mon espace perso. Il mériterait une page entière sur le journal local. Et que l'on crée un musée d'art naïf exprès pour lui.
J'aimais beaucoup ses sculptures.
Faut que je plonge dans mes archives pour retrouver ses tableaux et ses sculptures. Je dois avoir aussi un enregistrement sonore. Et j'essaierai de faire un album plus correct pour montrer son oeuvre.
   
 
Ciao ! Le clown !
 
 

 

 



Un de ses tableaux les plus emblématiques : La Vérité Toute Nue !
 

Repost 0
Publié par Daniel - dans People
commenter cet article
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 00:00

DK m'a signalé un plagiat copié-collé éhonté d'un article d'une pseudo fédération anarchiste dont l'original était tiré d'une des nouvelles des Contes du soir d'un dénommé Auguste Barbier. J' avais déjà signalé un cas similaire. Le livre de Barbier est téléchargeable sur Gallica :

LE CHEVALIER DE LUSSAN :

Le 24 juin 1677, il y avait réception au château de Chaiges, à quatre lieues de Paris, près Juvisy. Don Juàn de Watteville, abbé de Beaume et grand bailli d'Hamon, en Franche-Comté, devenu depuis peu propriétaire de ce manoir par héritage, y célébrait son jour de fête, Tous ses voisins avaient été invités. On voyait à sa table le seigneur d'Athis, conseiller du Roi et petit-fils de Pierre Viole, le fameux président du temps de la Fronde, le duc de Roquelaure et son petit- neveu, le chevalier de Lussan, hôtes et amis du seigneur d'Athis, puis le baron de Juvisy, les seigneurs de Viry, de Vigneux et d'Ablon, et quelques autres personnages distingués venus de Paris. Le bailli avait fait magnifiquement les choses et le festin abondant en gibier et poisson était arrosé des meilleurs vins de la Bourgogne et de la Champagne.

Repost 0
Publié par Daniel - dans Livres
commenter cet article
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 00:00

Maître Brudi s'insurgeait récemment contre le fait que le bassin du parc était laissé à l'abandon depuis de nombreuses années. Pourquoi ne pas en faire un beau bassin de fleurs comme sur la placette Mozart ?... 

Placette Mozart. 01/09/2013.

Repost 0
Publié par Daniel - dans Nature
commenter cet article